Déminéralisation

La femme perd 30% de sa masse osseuse entre 30 et 80 ans (mais 45% dans la région lombaire et 55% au niveau fémoral). Chez l’homme, la perte de densité osseuse est lente et progressive jusqu’à un âge avancé, tandis que chez la femme, elle est rapide.

La structure de l’os
Le squelette n’est pas une charpente amorphe.
Il constitue un tissu de soutien et un réservoir d’ions Calcium dont la disponibilité est capitale pour le maintien de l’équilibre de l’organisme. Il y a deux parties à l’os, l’organique constitué du tissu collagène (98%) et des cellules, ostéoblastes et ostéoclastes (2%). Il y a de même deux types d’os : le corticol (4/5) très dur et résistant dans la couche externe des os longs comme le fémur et l’os spongieux (1/5) fait de travées osseuses peu denses et richement vascularisées à l’intérieur de l’os dur. Les vertèbres sont constituées de 90% de ce type d’os.





La déminéralisation touche la colonne vertébrale – avec risque de fracture et de tassement vertébraux, -le poignet et le col du fémur.
Elle se détecte par l’ostéodensitométrie. Les facteurs prédisposants sont la nulliparité , la sédentarité, l’alcoolisme, le tabagisme et un régime trop riche en viandes. Avant les enquêtes contradictoires WHI, Women Health Investigation, le risque d’ostéoporose était présenté comme la justification du traitement hormonal substitutif. Le traitement homéopathique complémentaire stimule la minéralisation. Parmi les quelques plantes réminéralisantes les plus connues il a la prêle riche en silice, l’ortie et le fucus