La guerre du sucre


Qu’est ce que l’index glycémique (IG) ?
Ce concept est différent et plus exact que la classification sucres simples (rapides) et sucre complexes (lents).
L’IG d’un aliment donne l’indication sur le taux de sucre induit par cet aliment. Le glucose pur étant la référence avec un indice à 100. Exemple l’IG du pain intégral est de 35, c’est-à-dire qu’il équivaut à 35% de celui du glucose pur. Les aliments à IG élevé font grimper la glycémie.La pomme de terre qui est un glucide complexe considéré comme lent a un IG élevé de 95, même chose pour les carottes 85%. Le Fructose, sucre simple, a un IG très bas de 20.L’IG dépend de plusieurs facteurs : la compostion en amidon , la teneur en fibres alimentaires, en graisse et en albumine et, de la façon de préparer l’aliment.

L’IG de notre alimentation globale a augmenté au cours du temps.
Quand nous avalons du sucre ou tout autre aliment le pancréas secrète en retour de l’insuline pour permettre l’utilisation de ce sucre c’est-à-dire l’incorporation dans les cellules graisseuses et musculaires et éviter qu’il reste dans le sang.
Le sucre en excès est stocké au niveau du foie et des muscles sous forme de glycogène d’abord puis, l’insuline le transforme en graisse sous forme de triglycérides. La réponse insulinique est nettement supérieure avec des aliments à IG élevé et la sensation de faim est plus rapide avec ces aliments là.

Hypoglycémie réactionnelle
est favorisée par ces aliment à IG élevé par élévation de l’insuline qui abaisse brutalement le sucre sanguin. Et c’est le cercle vicieux : fringale, grignotage, boulimie. Les femmes sont très friandes des aliments sucrés et des produits laitiers. Les hommes préfèrent les pommes de terre ou le pain (IG plus bas)
Dans le cercle vicieux de la boulimie, le sujet se sent mal avant de manger mieux juste après le repas et de nouveau mal quelques heures après, ce qui fatigue le pancréas, épuise les surrénales qui secrètent de plus en plus d’adrénaline pour contrer l’insuline.
Pourquoi tout cela ?
La société est exigeante, le cerveau a besoin d’énergie donnée par le sucre. Le stress déclenche la sécrétion d’adrénaline. Sa réaction en chaîne est déclenchée. La femme devient fatiguée, irritable, fragilisée.Le grignotage sans arrêt entraîne la prise de poids. Le revers psychique est caractérisé par une grande instabilité émotionnelle avec perte de mémoire et de concentration.

La solution
Gérer l’hypoglycémie par la diététique, l’acupuncture, les plantes, les oligo –éléments et l’exercice qui apporte calme et détente.

Selon les dernières recherches les éléments à indice glycémique élevé prédisposent au cancer du sein et du colon. La consommation du sucre, du fructose et des produits qui les contiennent comme divers sirops : malte, maïs, érable, soda, biscuits etc…doivent être réduits au maximum.Votre besoin en sucre, vous pouvez le juguler en prenant quelques fruits secs comme les abricots, les pommes, les bananes, les noix et les amandes. Ces sucres lents permettent de stabiliser fortement IG.